Un équilibre à respecter!

Car c’est effectivement de cela qu’il s’agit!

La vie, quelque soit l’angle par laquelle on l’observe, est en perpétuelle recherche d’équilibre. La santé du corps ne déroge pas à la règle et travaille constamment au maintien de nombreux équilibres. Que ce soit entre l’activité /repos, l’assimilation de nutriments / rejet de toxines, ou le maintien d’une certaine quantité d’acides / bases dans les tissus organiques, une bonne santé passe par un corps et un esprit en harmonie.

 Seulement voilà, avec l’alimentation et les modes de vie modernes, il en est un qui tend à être rompu chez la majorité d’entre nous, par une accumulation massive d’acides que le corps ne sait plus gérer, entraînant par la même une multitude de maladies et autres maux plus ou moins visibles ou graves. Il s’agit de l’équilibre acido-basique du corps.

Comme pour les exemples cités ci dessus, cet équilibre est instable, et on parle ici « d’équilibre dynamique« . Le corps travaille en permanence à son maintien, sans qu’il ne soit jamais atteint de manière durable. Ainsi, une consommation ou production interne excessive d’acides doit être compensée (ou plutôt neutralisée) par des bases,  que l’on appelle aussi les alcalins.

Mais qu’est ce donc que ces fameux « acides »? Quand qualifie-t-on un élément de « basique » ou « d’alcalin »?

Petit rappel sur la définition du pH …

Tout le monde a déjà fait l’expérience de la sensation, du goût « piquant » de l’acidité, et celui âcre et fade des produits alcalins.

Le « pH », abréviation pour « potentiel Hydrogène » est un indice permettant justement de mesurer « l’acidité » (pH < 7) ou la « basicité » (ph >7) d’un milieu.

Cet indice se situe sur une échelle de 0 à 14, le pH 7 (aussi appelé « pH neutre ») ayant été pris pour référence et correspondant au pH de l’eau pure à 25°C.

D’un point de vue chimique, il s’agit en fait de mesurer l’activité de l’ion hydrogène H+ dans la solution concernée. En effet, la valeur du pH est en lien direct avec la concentration en ion H3O+, résultant de la fixation d’un proton H+ sur une molécule d’eau. Ainsi, plus la concentration en ions H3O+ est élevée par rapport à l’eau pure, plus la solution sera acide. Inversement, en cas de perte de proton H+ sur les molécules d’eau, c’est la concentration en ion résultant HO- plus importante que dans l’eau pure qui déterminera que la solution est plus ou moins basique.

On mémorisera l’échelle suivante :

Attention : le pH est un facteur logarithmique. Ainsi, lorsque l’on diminue d’une unité cela signifie que la solution est 10 fois plus acide. Si on diminue de 2 unités, elle est alors 100 fois plus acide, et ainsi de suite.

Toute substance peut donc être mesurée et chiffrée en terme de degré d’acidité ou d’alcalinité suivant cette échelle.

On utilise très souvent pour ce faire du papier pH ou papier tournesol, qui une fois trempé dans la solution ou le milieu à tester change de couleur suivant un code couleur défini. La valeur indiquée correspond directement au pH mesuré.

Vous pouvez vous procurer ce type de papier sur « amazon.fr » par exemple, en cliquant sur ce lien, ou sur l’image ci dessous:

Papier pH ou Papier Tournesol

Notion de terrain acide

Quel est donc le lien avec le corps?

Le corps humain est un ensemble d’organes, de tissus, et de liquides qui ont chacun des propriétés qui leur sont  propre. Il a en effet besoin pour prospérer et évoluer en bonne santé de conditions bien précises, appelées constantes physiologiques, parmi lesquelles on retrouvera la température du corps, la pression artérielle, et bien évidemment un degré d’acidité ou d’alcalinité défini. Comme mentionné plus haut, le maintien de ces conditions passe par la recherche d’un point d’équilibre autour de ces constantes physiologiques. S’agissant d’équilibres dynamiques, une légère variation autour de la valeur constante est tolérable et dépend de la valeur physiologique considérée (les fameux 37,5°C par exemple pour la température du corps). Cependant, s’éloigner de trop de ces « normes » peut être synonyme de danger pour la santé, voire  pour la vie.

Le degré d’acidité ne déroge pas à la règle. Ainsi, à chaque milieu du corps correspond une valeur définie. Nous trouverons donc dans l’organisme des corps alcalins, comme les sucs pancréatiques par exemple au pH compris entre 7,5 et 8,8, et des corps acides voire très acides comme le suc gastrique connaissant un pH variant entre 1,6 et 3,2.

La disparité de ces valeurs reflète le fait que suivant les fonctions à réaliser, elles ne peuvent l’être que dans un pH bien défini, qui va différer suivant la fonction.

De plus le corps humain est composé d’environ 70% de liquides. Ces 70% sont représentés majoritairement par le sang, la lymphe et les sérums cellulaires réunis. Ce sont dans ces liquides que se développent les cellules. C’est ainsi qu’apparaît la notion de terrain acide. Si l’on fait l’analogie avec un végétal, il est facilement concevable que la terre doit être de bonne qualité pour le développement d’une plante, ou tout du moins adaptée à ses besoins. La terre représente son milieu de développement, son terrain. Elle doit être suffisamment mais non exagérément chargée en nutriments et éléments nourriciers pour que la plante y puise la source de sa croissance. Une carence du milieu ne pourra pas apporter suffisamment d’éléments à la plante et aura pour effet un ralentissement de sa croissance et une faiblesse de développement, de même qu’un excès d’apport peut venir porter atteinte au végétal par accumulation de toxines et étouffement par exemple. En outre, les échanges entre la plante et son milieu (extraction de la terre des nutriments et rejet de déchets), ne peuvent se faire que dans un pH défini. On a déjà entendu parler d’une terre « trop acide » pour la culture par exemple, terre qui ne permet pas de bons échanges et donc la bonne croissance des végétaux. Un rétablissement du pH de cette terre suffit à retrouver un état optimal de développement.

La situation est facilement transposable au corps humain.Les cellules se développent dans un certain milieu, au cœur de leur « terrain ». Ce terrain comme dit plus haut est composé des différents liquides organiques. Ce sont ces liquides qui font le rôle de transport des éléments nécessaires au développement des cellules. Elles viennent en effet y puiser les différents nutriments nécessaires à leur croissance et y rejettent les « déchets » ou « toxines » par l’intermédiaire des « enzymes » qui réalisent ce travail d’échange et de transformation, en quelque sorte les « ouvriers du corps humain ». Et un grand nombre de ces enzymes ne peuvent pas réaliser leur tâche si, comme pour les plantes, leur terrain est trop acide car elles ne sont fonctionnelles qu’à un certain pH.

Les cellules se retrouvent alors dans un état non idéal de développement, les tissus et organes ne remplissent pas de manière optimal leurs fonctions et peuvent se détériorer plus rapidement qu’ils ne le devraient, par l’accumulation de déchets dans leur milieu par exemple, dû en partie aux mauvais échanges. S’en suit alors tout un tas de maux et maladies chroniques plus ou moins graves (voir l’article consacré à ce sujet).

En conclusion

L’équilibre acide basique est une notion fondamentale à respecter pour maintenir le corps en bonne santé. Les modes de vie modernes (nouveaux régimes alimentaires, stress, …) tendent à ce que le corps accumule et doit gérer de plus en plus d’acides.

L’organisme devient un terrain acide, dont le pH s’éloigne des valeurs qui lui correspondent, et où les cellules ont du mal à fonctionner et à connaître un développement optimal. Ces défauts amènent à un vieillissement prématuré de l’organisme et à son affaiblissement, entraînant ainsi de nombreuses maladies contemporaines.

Pour l’aider à rétablir cet équilibre, il est nécessaire de bien comprendre les différentes causes de l’acidification, et les moyens que le corps utilise pour neutraliser l’apport important d’acides. Les prochains articles auront pour but d’expliquer ces causes et les armes du corps pour y faire face. Ce sera l’occasion pour nous de mieux comprendre l’origine possible de certains de nos maux modernes (fatigue chronique, fragilité osseusse, cheveux ternes, sinusites, ostéoporose, …).

Dites moi dans les commentaires ce que vous pensez de ce premier article de présentation de l’équilibre acide-base du corps!

 

 

Vous avez aimé cet article?
"Téléchargez votre pack de l'année !"
Dans ce pack gratuit, je vous offre le calendrier de l'année des Fruits et Légumes... ainsi que les 12 fiches mensuelles à accrocher sur votre frigo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *